Devenez fan

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Partagez l'info du jour
avec vos amis


- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
Envoyez-nous vos infos
en cliquant-ici

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -
filetbarrenav

Tribunal : Ils font 860 km pour aller chercher 429 g de cannabis aux Pays-Bas... et se retrouvent en prison


13/03/2011 07:00:00

Romain, Mélissa et Jean-François risquent de garder un douloureux souvenir de leur voyage à Bréda.

Tribunal : Ils font 860 km pour aller chercher 429 g de cannabis aux Pays-Bas... et se retrouvent en prison

Le procureur les appelle «les oiseaux de passage». Romain B., Mélissa L. et Jean-François T. sont en effet du genre migrateur, puisqu’ils viennent tous les trois d’Indre-et-Loire,  dans la région Centre. Et leur profil est bien connu du monde judiciaire : véhicule immatriculé dans un département lointain, circulant sur un axe secondaire depuis la Belgique (et donc potentiellement les Pays-Bas), conduit par des jeunes... des détails qui n’ont pas échappé aux gendarmes de la brigade de Bavay, mardi 8 mars. Un contrôle du véhicule a permis d’y retrouver 429 grammes d’herbe et résine de cannabis, une quantité «relativement impressionnante» selon le tribunal.


Inspirés par un reportage


Mélissa, 23 ans, est socialement insérée : aide-soignante en CDI dans une maison de retraite, son casier est vierge. Son concubin Romain, 22 ans, est sans emploi, et a déjà eu quelques ennuis avec la justice. De même que Jean-François, 29 ans, qui cumule les infractions à la législation sur les stupéfiants depuis 2006. Les trois jeunes reconnaissent avoir décidé d’effectuer ce voyage après avoir visionné un reportage sur la ville hollandaise de Bréda, où il est facile de se procurer du cannabis. A très bon prix visiblement, puisque les jeunes affirment avoir mis 150 euros chacun au pot, soit 450 euros pour 429 grammes...


Face à une telle quantité, le tribunal s’est demandé s’il avait affaire à de véritables professionnels de l’acquisition et de la revente, ou de simples consommateurs naïfs et malchanceux. «C’est vrai que c’est beaucoup, admet Jean-François. On n’était pas partis pour autant, mais on a été éblouis par la taille du pochon». Le président trouve que les prévenus utilisent «des termes très pros». - «Ben, pochon c’est un mot plutôt banal chez nous», explique Mélissa de sa voix fluette. «Vous mettez vos légumes dans des pochons ?». - «Euh, oui». L’agent de l’administration des douanes, qui s’est constituée partie civile, parle d’«un cas classique : des jeunes qui font un long périple jusqu’aux Pays-Bas, y restent quelques heures, le temps de se faire approcher par des revendeurs, avant de repartir avec du cannabis. Le voyage a été organisé de façon professionnelle». Il réclame une amende de 2400 euros, soit la valeur estimée de la saisie.


Ancrage dans la délinquance


Le procureur ne croit pas à la simple consommation personnelle : «les faits indiquent le contraire». Pour Mélissa L., qui a reconnu fumer du cannabis tous les soirs, il requiert 6 mois avec sursis et obligation de soins. Pour son compagnon Romain B., qui présente «un ancrage dans la délinquance», il demande la peine plancher, soit 4 ans dont 42 mois avec sursis et mise à l’épreuve. Enfin, pour Jean-François T., déjà condamné à cinq reprises pour d’autres affaires de stupéfiants, il requiert également la peine plancher : 4 ans dont 40 avec sursis et mise à l’épreuve, et l’obligation de travailler.


Me Demory, avocat de la défense, s’énerve. «Il faut savoir raison garder, s’écrie-t-il. Ce n’est pas parce que ces jeunes ont essayé d’éviter les contrôles que ce sont des Pablo Escobar (célèbre baron de la drogue colombien, ndlr) ! Selon l’avocat, la quantité retrouvée s’explique par la longueur du voyage effectué, car les prévenus, simples consommateurs, souhaitaient ne pas avoir à retourner aux Pays-bas avant longtemps. Quant à la somme investie, 450 euros, «il ne s’agit pas d’une valise de billets : c’est 150 euros par personne, soit 5 euros d’économies par jour pendant un mois». Dans son délibéré, le tribunal a condamné Romain B. à 24 mois dont 18 avec sursis et mise à l’épreuve durant deux ans, obligation de soins et de travail ; Mélissa L. à 6 mois avec sursis simple ; et Jean-François T. à 4 ans dont 40 mois avec sursis et mise à l’épreuve, obligation de soins et de travail. Tous les trois devront payer l’amende douanière.

 

Paul Robion


Il faut être membre pour poster des commentaires


Kingsman - Services secrets : ça sent la bonne surprise…
A moins que vous soyez un fan dInspecteur Lewis ou que vous suiviez The smoke, il y a peu de chance pour que vous connaissiez Taron Egerton avant de lire cet article. Pas grave, le héros de Kings...
Maintenant ou jamais : braqueuse par nécessité
Quand on est mère de famille, en principe, on ne braque pas les banques… La rencontre Bekhti-Duvauchelle sannonce passionnante. Maintenant ou jamais, en salles le 3 septembre.